Avant-première de Colette à Londres
2018 / Oct / 11

Ce jeudi 11 octobre, Keira s’est rendue à l’avant-première de Colette au Festival du Film de Londres. Malgré la pluie, notre belle anglaise était toute souriante et semblait très à l’aise sur le tapis rouge. Elle a posé avec Dominic West et le réalisateur Wash Westmoreland. Elle a ensuite rejoint toute l’équipe de film sur scène pour présenter le film avant sa projection.

Keira portait du CHANEL de la tête aux pieds !

Elle a donné plusieurs interviews et est revenue sur  les accusations dont elle est victime suite à son essai dans le recueil Feminists Don’t Wear Pink (and Other Lies).
Depuis le début de la semaine, les médias sont allés dire qu’elle critiquait Kate Middleton, la duchesse de Cambridge, pour être apparue toute maquillé et en talons aiguille seulement quelques heures après la naissance de la princesse Charlotte en mai 2015.

Les propos ont été détournés et amplifiés.
Chitra Ramaswamy
du magazine The Guardian a été la première journaliste à venir défendre Keira. Elle a écrit : «Keira Knightley n’attaque pas personnellement la duchesse pour avoir donné naissance et avoir porté du rouge à lèvre tout de suite après. Son attaque est dirigée vers un monde qui oblige les femmes à se cacher.  Son attaque est dirigée vers la dissimulation de la vérité sur les femmes. Il devrait être évident qu’il y a autant d’histoires d’accouchements qu’il y a de personnes sur cette planète. Le récit d’une expérience ne devrait pas automatiquement réfuter la valeur d’une autre. Tout comme critiquer une autre femme (ce que Keira n’est pas en train de faire de toute façon) ne fait pas automatiquement de vous un agent double du patriarcat.

Et pourtant, à chaque fois qu’une femme ose parler de son accouchement, elle est blâmée pour avoir critiqué les mères et la femme en général.  C’est aussi le cas si la femme choisi d’accoucher sur un tapis de yoga ou si elle préfère accoucher dans une maternité avec tout le matériel médical disponible.  Inévitablement, au milieu de la bile qu’elles recrachent, l’expérience de l’accouchement de la femme est enterrée. 
En fin de compte, la bile fétide est là où la vraie stigmatisation de la mère se trouve. ».

Jeudi soir, Keira  a déclaré ne pas avoir «attaqué qui que ce soit » :

« C’est très intéressant qu’une certaine partie des medias a, je ne veux pas dire délibérément mais disons déformé ce que je voulais dire.
Je voudrais recommander à ces personnes de relire l’intégralité de mon essai et de ne pas en prendre un bout au hasard. Les commentaires que j’ai faits concerne entièrement notre culture qui dissimule la vérité sur les femmes et sur la force que nous cachons toutes. Je n’ai absolument pas attaqué qui que ce soit de quelque manière que ce soit. En réalité, c’est plutôt l’inverse.

Je voudrais dire à tout le monde qu’il y a un livre formidable qui vient de sortir et qui s’intitule Feminists Don’t Wear Pink (And Other Lies). Je suggère que si vous voulez en savoir plus vous devriez lire l’essai et toutes les autres histoires. Ce qui est fantastique c’est que tous les bénéfices sont reversés à Girl Up, une fondation formidable qui donne de l’argent aux organisations qui soutiennent les femmes, leur éducation, leur sécurité et leur pouvoir dans les pays développés. »

Espérons que ça fasse taire les mauvaises langues !

 


Leave a comment