Interview pour The Hollywood Reporter
2018 / Oct / 04

 

Dans une interview pour The Hollywood Reporter, Keira est revenue pour la première fois sur les problèmes rencontrés avec le réalisateur John Carney sur le tournage de ‘New York Melody’ .

Pour rappel, en 2016 lors de la promotion de son nouveau film ‘Sing Street‘, John Carney avait déclaré : «Sing Street est fantastique. Mais je ne suis pas surpris: c’est un film personnel sans Keira Knightley.».

«Je n’ai pas apprécié l’expérience des paparazzi et des avant-premières grandioses. L’univers des stars de cinéma est quelque chose qui ne m’a jamais attiré. J’aime travailler avec des acteurs et j’ai voulu revenir à ce que je connais : prendre à nouveau du plaisir à faire des films – j’ai aimé faire New York Melody mais Keira a un entourage qui la suit partout alors c’est très dur d’accomplir le moindre travail . Malgré tous mes efforts pour que ça fonctionne, je crois qu’elle n’a pas l’air d’un auteur-compositeur-interprète et guitariste. […]

Ce qu’il faut faire quand on est acteur, c’est de ne pas avoir peur de découvrir qui on est vraiment quand la caméra tourne. Le truc de Keira, c’est de cacher qui elle est et je ne pense pas qu’on puisse être acteur et fonctionner comme ça. Je ne veux pas dire du mal de Keira, mais c’est difficile d’être un acteur de cinéma et ça demande un niveau d’honnêteté et d’analyse de soi. Je ne pense pas qu’elle soit encore prête à ça, en tous cas je suis sûr qu’elle n’était pas prête sur ce film. J’ai appris que je ne ferai plus jamais de film avec des mannequins.».  (NB: sachant qu’avant de choisir Keira pour le rôle, il voulait Scarlett Johansson ….).

Par la suite, le réalisateur Mark Romanek, qui a dirigé Keira en 2010 dans “Auprès de moi toujours” avait tweeté que son expérience sur le tournage avait été “absolument spectaculaire à tous points de vue“. ( en glissant une belle insulte à l’encontre de John Carney.) Il a par ailleurs précisé dans un second tweet que le seul “entourage” qui accompagnait Keira Knightley sur le tournage de son film était… sa mère, qui lui avait un jour rendu visite pendant “une heure ou deux“.

Lorene Scafaria, réalisatrice du film “Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare“, avait pour sa part affirmé que travailler avec l’actrice était “un plaisir“, qu’elle était “présente“, “adorable“, “facile à vivre” et “très, très bonne dans son travail“.

Lynn Shelton, réalisatrice de “Girls Only” avait tout simplement qualifiée Keira de “magnifique, de la tête aux pieds“.

Sous l’ampleur que prenait l’histoire, John Carney avait fini par s’excuser… ( A Lire ICI )

Jusqu’à maintenant, Keira était restée silencieuse. Voici ce qu’elle a dit au magazine THR :

«Je pense que c’est la première fois que je ne me suis pas entendue avec un réalisateur. Je ne blâme personne. On s’en est rendu compte très rapidement. Je ne pense pas que ça a été très agréable pour les personnes qui travaillaient avec nous sur le tournage. Ça ne l’a certainement pas été pour moi ou John [Carney]. Ça nous a tous les deux surpris. C’est probablement l’expérience la plus difficile que j’ai eue sur un plateau. J’ai vu le film une fois à Toronto et je me suis dit ” c’est mignon” mais encore une fois,  je ne rejette la faute sur personne. Mark Ruffalo est l’un des hommes les plus adorables du monde, j’ai adoré travailler avec Adam [Levine] mais pour une raison qui m’échappe, John et moi nous ne nous sommes pas entendus. Je trouve que c’est fantastique que nous ayons réussi à finir le tournage. Lorsqu’on regarde le film, on ne pourrait pas imaginer tout ce qu’il y a eu derrière… […] Ce dont je suis fière, c’est le professionnalisme avec lequel on a géré la situation. Nous l’avons traversée et nous avons quand même réussi à faire quelque chose de charmant. Ce qui était le but.».


Leave a comment